Rwanda, petit pays, grands espoirs

0

Le petit pays ou j’ai passé trois ans en tant que volontaire de «  Frères des hommes « , de 1990 à 1993, a connu divers changements, et pas des moindres ! Tout d’abord, le génocide qui a jeté sur les routes de tous les continents une population perdue, des MIGRANTS !!!!

Ce pays que comptait en 1993, avant le génocide entre 7 et 8 millions d’habitants, vivant à 95 % de l’agriculture, est passé à 12 ou treize million d’habitants.Entre les deux, beaucoup ont tout perdu : leurs proches, leur maison, leur vie. Il leur a fallu tout reconstruire. De la maison à la vie avec les voisins, nouveaux pour la plupart et les anciens, pas toujours facile dans certaines circonstances ……

En 1990, un projet de menuiserie était en place , valorisant la main d’oeuvre locale ainsi que les matières premières, le bois d’eucalyptus et le métal de récupération. Des produits finis à 90 % de valeur ajoutée RWANDAISE , venant contrer les importations de menuiseries métalliques importées. Tout était basé sur la qualité des produits, obtenue grace à une formation des ouvriers qui garantissait un bon salaire et une vie digne à beaucoup de familles, sans passer par l’agriculture qui , vu le morcellement des terres, ne pouvait pas subvenir aux besoins élémentaires de nutrition

Puis le génocide et les ouvriers et les entrepreneurs perdent tout leur moyens de production .

En 1993, avant mon départ, Innocent BENINEZA, actuel secrétaire éxécutif de DUHAMIC- ADRI ainsi que Fidèle MUTABAZI, animateur du projet et justement , fidèle encadreur, ont travaillé sur les collines avec moi afin de reprendre le flambeau du projet, s’imprégner de la philosophie de celui ci . Pendant six mois, nous avons travaillé ensemble, le but étant l’autonomie des ateliers.

Quelle était la phylosophie de ce projet ?

Permettre à une population pauvre n’ayant que l’agriculture comme moyen de subsistance , d’améliorer la qualité de vie : scolarisation des enfants, nutrition, hygiène .

Le but principal du projet était l’aide à l’installation d’artisans menuisiers en campagne, la ou la vie est la plus difficile, basé sur le système d’apprentisage comme on le connaît en france. Dix ateliers étaient installés, faisant vivre une population de plus ou moins 6000 habitants sur 56 000 ! Tous les métiers connexes liés à la menuiserie ont employé et formé du personnel : forgerons, scieurs de long, manœuvres pour le transport du bois etc ……

Depuis 1994, INNOCENT a repris le flambeau de D.A , toujours avec le soutien de «  FRÈRES DES HOMMES « afin que les ateliers reprennent leur travail . DA a aussi continué son travail avec les paysans, la mise en place d’une farine SO.SO.MA , sorgho, soja, mais afin de contrer la malnutrition qui sévissait . Des projets de petit élevage ont été mis en place , pour l’aide aux familles . De plus, DA est intervenue dans la reforestation, les boisements ayant pratiquement tous disparus suite au génocide et la venue de nouveaux habitants qui ont déboisé pour avoir des surfaces à cultiver. Des projets de pépinières ont vu le jour et sont toujours d’actualité en ce moment .

J’étais parti à cette époque avec «  frères des hommes «  car je retrouvais des valeurs de respect des populations, de travail en adéquation avec la culture et les méthodes appliquées au RWANDA . Le travail a été fait en tenant compte d’une réalité de travail existante, en s’adaptant, en apprenant l’un de l’autre, L’apprentissage prend du temps, des deux cotés !!

Aujourd’hui, 24 ans après mon retour en FRANCE, j’ai repris du «  travail «  dans la solidarité internationale, en devenant acteur une fois de plus de celle ci. Oh, elle ne m ‘avait jamais vraiment quittée, mais je m’y investis de plus en plus, au sein de FDH comme tuteur de projet et membre du conseil d’administration .

Je compte par ma présence influer sur les projets au niveau de l’apprentissage de métiers, qui viennent renforcer l’aide apportée aux familles par la possibilité de vivre de ce métier, et par là meme,créer un élan de développement des pays,en créant de la valeur ajoutée . Car tout le monde ne peut pas vivre de l’agriculture, c’est ouvrir une piste qui mène à l’auto développement ; apporter des formations mises en adéquation avec les besoins des pays, en respectant la manière de procéder de ces memes pays , afin que la vie soit plus facile pour tout le monde .

Je balbutie encore au sein deFDH, mais mon envie de me mettre au service des autres dans un but de développement des capacités humaines est à toute épreuve ; Au RWANDA, FIDÈLE et INNOCENT nous ont prouvés que l’on peut y arriver à force de courage et travail ; De par leur engagement citoyen avec les populations les plus pauvres , dans le respect mutuel, dans des circonstances très difficiles, ils y sont arrivés !!

Le RWANDA connaitra encore bien des changements, mais s’il veut vraiment devenir un grand pays, pas uniquement économique, il doit prendre soin de toute sa population , et l’aider à avancer dans l’égalité , en tenant compte de l’énergie de chacun !!

Ce n’est qu’a ce prix là que les populations peuvent rester dignes de ce qu’elles sont .

En attendant, ils leur et NOUS reste beaucoup de pain sur la planche, alors battons nous avec nos moyens ! Pour ma part, j’ai choisi de le faire avec « FRÈRES DES HOMMES « !!!!!

Partager sur :

Infos de l'auteur

Bernard Cabut

Les commentaires sont fermés.