Ce qui se cache derrière notre tasse de thé

0

Il était une fois le projet “Thé Solidaire ? ». Une histoire de solidarité entre un groupe de jeunes français et la communauté des travailleurs des plantations de thé du Sri Lanka.

Au départ une rencontre avec le syndicat Workers Solidarity Union dans le cadre de nos études dans le domaine de la solidarité internationale. Et puis la découverte de la réalité des plantations. Un système d’exploitation des travailleurs(euses) que les publicités ne nous montrent pas. Une communauté qui depuis l’époque coloniale se voit nier tous leurs droits humains élémentaires, la santé, l’éducation, la citoyenneté. Une nouvelle forme d’esclavage moderne. Mais la découverte surtout de personnes qui malgré les difficultés relèvent la tête, s’organisent, se mobilisent et luttent au quotidien pour une vie décente.

La solidarité internationale oui mais pas n’importe comment

Là-bas au Sri Lanka, le WSU soutient, accompagne, stimule, sensibilise, provoque, éduque et forme sa communauté en faveur de leurs droits et en particulier pour un travail décent. Alors à notre retour en France, une question se pose, comment créer de la solidarité et poursuivre notre coopération. La solidarité internationale oui mais pas n’importe comment. Comme nous l’ont fait comprendre les membres du WSU, le thé est un symbole de cette mondialisation économique. On le produit là-bas, on le transforme, commercialise et consomme ici. Une poignée de multinationale se partage le gâteau au détriment des droits sociaux, économiques et environnementaux de tous.
Nous trouvons alors une première solution dans la sensibilisation à la consommation responsable. Si les multinationales ne veulent pas changer, nous consomm’acteurs nous avons le pouvoir de les faire changer. Nous développons alors des actions de sensibilisation et créons des espaces de réflexion sur l’impact de notre consommation. A travers différents formes ludiques et participatives nous informons les citoyens et consommateurs sur les conditions de vies dans les plantations. Mais alors quel thé doit-on acheter ?, telle est la question qui ressort de nos échanges. Bien sur le commerce équitable est une alternative concrète et solidaire qui fait son chemin. Mais elle n’est pas forcément accessible à tous, et ce que l’on va essayer de rechercher avant tout c’est un esprit critique. Pas de leçon de morale, nous provoquons des réflexions et créons des échanges avec les gens qui ensuite décident eux-mêmes de leurs actions solidaires individuelles et collectives.

Nous avons donc intégré cette lutte sociale dans notre projet

Mais pour beaucoup d’entre nous le Sri Lanka, on ne sait pas vraiment où c’est, en tout cas c’est loin, c’est exotique, « et puis nous aussi on en bave ». C’est à ce moment précis que les travailleurs de l’usine de transformation de thé Fralib se sont mis en lutte pour défendre leurs emplois. En effet le propriétaire, le géant de l’agro-alimentaire Unilever, a décidé que les travailleurs français coutaient trop cher et tente alors de délocaliser en Pologne où la main d’œuvre coute moins cher. Cette logique économique de recherche maximum de profit au détriment des populations et de l’environnement ne touche pas que le Sri Lanka.
Nous avons donc intégré cette lutte sociale dans notre projet pour d’une part soutenir les ouvriers de Fralib mais aussi pour rapprocher nos questions aux préoccupations et au quotidien des participants à nos animations. Surtout qu’après 1336 jours de lutte les anciens de Fralib ont repris eux-mêmes leurs usines et créé la coopérative Scop-Ti. Une victoire qui démontre qu’une autre économie est possible. Plus qu’une victoire, le symbole qu’il existe une manière de faire autrement : l’économie sociale et solidaire !

Redonner du pouvoir aux communautés

Nous avons donc repensé notre projet et développé des outils de sensibilisation à l’économie sociale et solidaire avec une dimension locale et internationale au travers de l’exemple du thé. Ainsi nous avons créé un grand jeu de rue, le « Courcircui’thé » pour illustrer de manière ludique la filière du thé, de la production à la consommation en passant par la transformation. Nous avons fait de la rue notre terrain de jeux pour rencontrer Monsieur et Madame Toutlemonde et sortir du cercle militant. De 2010 à 2015 nous avons animé des jeux : Dégus’thé, la course des paysans, Twisterre ou le « Courcircui’thé » aux quatre coins de la France.
En 2015 nous avons relancé notre projet en intégrant un micro-projet de solidarité internationale pour soutenir sur le terrain le travail du WSU. Grâce à cette nouvelle version, le WSU a déjà développé une vingtaine d’événements de sensibilisation des travailleurs aux droits humains. Des actions concrètes qui contribuent à accompagner la mobilisation de la communauté, à permettre leur « Empowerment » comme ils disent là-bas. Redonner du pouvoir aux communautés c’est l’objectif du WSU. Le pouvoir de transformer leurs réalités et vivre enfin dans la dignité. Le WSU a également organisé des formations pour des leaders des communautés et en particulier pour les femmes principales actrices du changement. De notre côté nous avons organisé des actions de sensibilisation sous la forme de « triptyque de rue » : à savoir un espace d’expression citoyenne avec des débats de rue (Peut-on vraiment changer le monde en faisant ces courses »), un espace ludique avec le jeu « Dégus’thé » et un espace d’information avec l’exposition « Bienvenue dans les plantations ». Nous avons décidé de multiplier notre action en formant d’autres animateurs en partenariat avec Frères des Hommes, le CCFD et la Semaine de la Solidarité Internationale.

Maintenant nous souhaitons pouvoir terminer cette aventure citoyenne et solidaire en complétant le financement des actions du WSU pour l’animation d’une campagne citoyenne en faveur des droits humains et en diffusant un livret pédagogique de nos actions innovantes de sensibilisation. Pour cela nous sommes soutenus par l’association Frères des Hommes et nous avons intégré La Pépinière de la Solidarité Internationale.

Solidairement
L’équipe de « Thé Solidaire ? »
Audrey, Caroline, Chloé, Géraldine et Bastien

Partager sur :

Infos de l'auteur

Bastien Fillon

Bastien Fillon a récemment intégré la Pépinière de la solidarité internationale avec le projet "Thé Solidaire ?"

Les commentaires sont fermés.