Être volontaire Service Civique en communication au Pérou, c’est comment concrètement ?

0

Partie il y a 8 mois pour le Pérou, je me rends compte que les gens se demandent ce que je fais concrètement là-bas de mes journées. Est-ce qu’être un service civique en communication c’est faire des photos et animer les réseaux sociaux ? Oui, un peu, mais pas que.

Je vous plante rapidement le décor : je travaille au sein de Cenca, le partenaire péruvien de Frère des Hommes, une ONG de solidarité internationale dont le but est de soutenir des programmes initiés au Sud qui vont aider les populations locales à poser les bases de leur propre développement. Cenca et Frères des Hommes travaillent ainsi main dans la main depuis plus de 20 ans et ont lancé en mars 2017 le projet « Habla Mujer », un projet « d’empowerment » des femmes dans les quartiers pauvres de Lima. Cenca, qui est à l’origine un institut de développement urbain, travaille sur une diversité de programmes depuis plus de 35 ans dans les zones défavorisées et oubliées de Lima : amélioration de l’habitat, empowerment des jeunes et des dirigeants, développement d’espaces verts communautaires, « empowerment » des femmes…

Moi ? Je me charge de récolter et de traiter l’information à la source, puis de les faire remonter en France. Les matériaux produits (photos, vidéos, posts et autres articles) servent également à Cenca. Cela permet aux deux ONG de rendre visible les actions mises en œuvre conjointement dans le cadre du projet Habla Mujer et de démontrer leur nécessité. Ça, c’est ce qu’il y a sur le papier et ce que je dois faire à minima, mais ce service civique c’est bien plus que cela…

Découvrir les histoires de vie

C’est découvrir les histoires de vie de ces femmes qui vivent dans des conditions précaires avec leur famille. C’est partager des repas avec des populations bien plus en difficulté que toi et qui insistent pour t’offrir un repas typique de fête en guise de remerciement. C’est inaugurer de nouvelles habitations pour les familles qui vivent dans des conditions extrêmes et ainsi devenir la marraine de la maison de Rosalina, une femme qui participe activement aux différentes activités. C’est aussi travailler dans une structure qui te laisse la place et te fait confiance si tu as envie de développer ton activité. C’est écouter Flor, une autre femme du projet avec une grande force de caractère, venir te dire : « intéressante la réflexion d’aujourd’hui » après que tu aies animé un débat autour des stéréotypes et du machisme véhiculés par les médias, devant plus de quarante femmes. C’est collaborer avec une équipe qui te demande ton opinion dans l’organisation d’évènements et d’ateliers. C’est s’adapter à une autre culture et devenir hyper flexible (le concept de l’heure péruvienne est bien différent de celui de la France !). C’est avoir une équipe à ton écoute, autant ici au Pérou que là-bas en France, et hyper ouverte aux propositions si tu as envie d’écrire tel article ou réaliser telle vidéo. C’est être retardée de une à deux heures dans des bus bondés pour arriver dans les banlieues pauvres et voir les yeux étonnés de tes ami(e)s quand tu leur racontes que tu vas seule jusque là-bas et de te rendre compte que les liméniens (habitants de Lima) eux-mêmes ne sont pas conscients de la dualité de leur capitale. Et la liste est encore longue.

Alors oui un service civique en communication au Pérou c’est passer du temps derrière un ordinateur, mais c’est aussi des rencontres humaines, découvrir de nouvelles thématiques et apprendre énormément.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Apolline Bouin

Apolline est volontaire en communication auprès de Cenca, une ONG de développement urbain à Lima, et partenaire de Frères des Hommes. Elle est aussi sur Facebook (ApolLima) et Instagram (apollima).

Les commentaires sont fermés.